HOMEPAGE
GALERIE
EXHIBITIONS
BACKGROUND
CONTACT
 
japan
newyork
marseille
 

La tête dans un millième paysage urbain. Ils sont deux qui s’approchent et s’installent près de moi ; à mes silences l’un se relève et s’éloigne vers le quai. L’autre, au rivage de mon dessin, le ventre collé à mes chaussures ; le voilà qui s’endort dans le soleil. Les lignes noires vagabondent tranquilles. Le petit corps s’est allongé rafraîchi à la tiédeur de l’encre, au ciel. Echoué au carton à dessin , apaisé peut-être dans la caresse humide du pinceau. Amarré. Dans l’instant par-dessus l’incommensurable abîme, le fleuve du dessin nous a rejoint. Je fais la peinture; le petit s‘est mis à l‘ombre dans mon dos, je rattrape l’emprunte des dalles à l’endroit même où il s’est abandonné. Il dort à présent dans son lit de papier.

THOMAS HENRIOT